13 Jan 2016



Written by lonely woof

Blog-850x480-Default
Je me retrouvais seul. Non pas que j’eus été à un moment donné accompagné de qui que ce soit, mais pour la première fois, l’idée de réaliser ce jeu qui me tenait tant à coeur seul se matérialisait, malgré moi.

Nous sommes au printemps 2013. Je commençais sérieusement à m’ennuyer dans mon travail, tandis que mon projet de jeu stagnait depuis un moment, malgré une vidéo “target-render” qui m’avait un temps motivé.

A l’époque, j’avais donc de gros doutes professionnellement. Au cours d’un déjeuner avec l’un de mes boss, j’avais exprimé mon envie de passer à autre chose et d’essayer de me réorienter dans le jeu vidéo, par exemple. Ce à quoi on m’avait répondu (en substance) que c’était compréhensible. Au détour d’un portrait qui m’était dressé par mon interlocuteur, j’avais été qualifié de “loup solitaire”.

… Dans le cadre du travail, surtout en temps normal, je ne suis absolument pas un loup solitaire. Je suis parfaitement capable de m’intégrer dans une équipe, et j’aime ça. Mais il est vrai qu’à l’époque, j’étais réellement déprimé par mon travail. J’avais opté pour une attitude d’outsider. L’ambiance était morose et c’était alors mon seul moyen de tenir le coup. Et bonne nouvelle pour moi : je me considère comme étant autonome. Je travaillais souvent sur des projets seul ou qui ne demandaient pas de réellement travailler en équipe et finalement, tout le monde était content.

Loup solitaire ?” avais-je répondu d’abord étonné. Puis, l’étiquette m’avait fait sourire, pour finalement me travailler jusqu’au soir. Parce que c’était sûrement vrai, dans le fond. Je ne m’en rendais peut être pas compte. Et ce nom a déclenché quelque chose. L’envie d’y donner du sens. Tant qu’à être qualifié de quelque chose, autant que ce soit totalement justifié, non ? Cela allait passer par mon jeu : j’allais réaliser mon jeu seul, la nuit, simplement éclairé par la lumière de la lune. Ou plutôt par celle de mon écran LCD 24 pouces. Donc voilà : Pierre D., c’est grâce à toi que j’ai choisi ce nom.

Blog-380x280-LW C’est ainsi que ce nom, “Lonely Woof” resta. Légèrement modifié, parce qu’il ne faut pas déconner, “Lonely Woof” c’est un peu trop déprimant et premier degré.

J’allais alors devoir coder. Moi, graphiste de mon état. Salarié de nombreuses entreprises de communication, habitué à dessiner, gribouiller, ou colorier. Dont le niveau en mathématiques se limitait à additionner, voire à soustraire, des nombres sur la calculatrice de mon téléphone.

J’exagère un peu : après tout, j’avais des bases d’Actionscript. Alors je me suis dit que c’était jouable. J’étais alors parti en quête d’un environnement de travail qui allait subvenir à mes besoins : un langage facile, un moteur permettant de jouer avec des règles physiques élémentaires et surtout, supportant iOS et Android.

N’importe qui aurait choisi Unity. D’autant plus qu’un nombre incroyable de jeu ont été développés via ce moteur.

D’autres jeux réalisés avec Unity (Monument Valley, Hitman GO, Format.8) : Unity
Le moteur par excellence des développeurs indépendants : pour sa communauté grandissante, ses librairies et autres modules disponibles, son palmarès impressionnant de jeux déjà publiés (récemment les sublimes “Hitman GO” ou “Monument Valley”). Et bien que dédié à la 3D, il était tout à fait possible de produire un jeu vidéo en 2D (bien avant que cela ne soit officialisé plus tard par l’ajout de Unity 2D).

Mais j’ai choisi de partir sur Corona SDK. Une vidéo tuto postée sur YouTube me poussa à faire ce choix : en moins de dix minutes chrono, un développeur montrait comment réaliser un simple jeu mobile, à l’aide de quelques lignes de code ressemblant étrangement à l’ActionScript. A la fin de cette vidéo, il montrait le résultat fonctionner sur un smarphone, prêt à être joué, à sortir sur l’Apple Store. Magique.

Des jeux réalisés avec Corona SDK (« Gravity Maze », « Dumb Ways To Die 2 », « Out There ») : CoronaSDK

Blog-380x280-Defaut Une commande passée sur Amazon, et “Corona SDK Mobile Game Development” (NB: ce livre est aujourd’hui en partie obsolète, Corona SDK ayant depuis évolué, mais les bases restent les mêmes) arrivait chez moi. Un livre accessible, pédagogique, rempli d’exercices permettant de “créer et monétiser des jeux pour iOS et Android pour un minimum de coût et de code” (sic).

D’ici un maximum de quelques semaines, j’allais enfin réaliser mon fantasme et développer mon jeu, à moi, tout seul. D’ailleurs, en quelques jours, j’avais déjà un prototype jouable.

Leave a comment

    Geraldo Crichlow - mai 23rd, 2016 6:33

    al Ghadeer abu dhabi

    Niki Wolfgram - mai 24th, 2016 11:23

    Can I use Joomla to update a purely HTML coded website (I mean a website that is not designed using Joomla) ?

    Shawanda Sauseda - mai 25th, 2016 8:12

    I’m not the owner of the site or of the copyrights, but it’s very clear to me that this website is violating many copyrights. Is there a way I can report it under the DMCA? Thanks!.

Comments are now closed for this article.